L’initiative de l’association Habitat et humanisme a suscité un formidable élan de solidarité : vingt et un 21 chefs vont apporter leur concours à ce potage, dont l’étoilé Lionel Hénaff.

« Je suis toujours partant pour soutenir des gens qui font bouger les choses. Cela va permettre d’aider ceux dans le besoin. Je me considère comme un privilégié, même si on travaille dur pour y arriver », émet Lionel Hénaff, chef du restaurant L’Allium à Créac’h-Gwen, et pour qui cet élan de solidarité fait particulièrement écho. « On a connu des péripéties dans notre vie. Il y a eu des gens pour nous soutenir », se rappelle le chef cuisinier qui a ouvert son restaurant grâce à une campagne de financement participatif et a décroché, trois ans après, le Gault & Millau d’or et une étoile au Michelin.

Les vertus d’une bonne soupe

« On a la chance de faire un métier par lequel on peut faire plaisir aux gens. Souvent, un bon repas, cela permet d’aller mieux », continue Lionel Hénaff qui a choisi de concocter une soupe au chou parfumé au curry vert et au lait de coco et ainsi de se démarquer avec une petite note asiatique. « Les potages font partie des fondamentaux de notre formation. Il fallait savoir faire les bouillons, les consommés, les veloutés. J’utilise encore souvent des veloutés ou des petits bouillons en mises en bouche. Pour le réveillon du 31, j’avais aussi un bouillon qui permet de purifier l’organisme. Cela a plein de vertus », souligne le cuisinier qui relèvera ainsi le challenge de mitonner 20 à 25 l de soupe conditionnée en pots d’un demi-litre et vendus 5 € l’unité.

« Cela a du sens pour notre association »

« Il aura vraiment le goût de la solidarité, ce potage. Cela a du sens pour notre association : la soupe, c’est un plat traditionnel, convivial, qui réchauffe et se partage », décrit Patrick Prigent, de l’association Habitat et humanisme qui met à disposition de personnes en difficulté une quarantaine de logements à Brest et Quimper. « On a aussi quelques projets. On voudrait ouvrir une pension de famille à Quimper d’une quinzaine de places pour offrir une solution aux personnes qui ne sont pas capables de vivre seules », poursuit ce dernier.
Cette action réunit 21 chefs et autant de recettes différentes. On y trouve aussi bien le potage d’artichauts de Jérusalem et de pommes de terre de Ludovic Le Torc’h (La pointe du Cap Coz) que le velouté de langoustines au curcuma de Guy Guillou (La Taupinière) ou le velouté de lentilles et sarrasin d’Olivier Bellin (L’Auberge des Glazicks). Le velouté de panais aux agrumes et émincé de volaille d’Arnaud Guillou (La ferme de l’Odet) ou le potage soissonnais aux haricots blancs et oignons de Jean-François Sicallac (La Coquille) ont également de quoi ravir les papilles.

Pratique

À commander dès à présent sur le site internet lepotagedeschefs.bzh ou par le biais de bons de commande mis à disposition dans les boulangeries à partir du 18 janvier. Distribution prévue en musique le samedi 2 février, de 9 h à 14 h, place Terre-au-Duc avec concours de potages des élèves du Paraclet et dégustation de soupe en présence de chefs.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/le-potage-des-chefs-le-gout-de-la-solidarite-09-01-2019-12178234.php#kltV4iyJUOPLRs8V.99

Quand le talent des chefs finistériens vient servir la solidarité avec les plus fragiles

Le 2 février 2019, Habitat et Humanisme Finistère proposera au public, place Terre au Duc à Quimper, des potages préparés par plus de 20 chefs, parmi les plus réputés de Cornouaille.

Cette initiative fédère, outre les chefs restaurateurs, les bénévoles et locataires de l’association, de nombreux partenaires d’horizons aussi divers que celui de la formation, le monde de la terre, les boulangers de la région quimpéroise, les médias presse et audiovisuels, les élus et services de la mairie de Quimper…

Notre ambition est de faire connaître l’action d’Habitat et Humanisme Finistère au service des personnes en difficulté, et d’aider l’association à financer les frais de gestion des logements qu’elle mobilise, pour aider ces personnes à
repartir d’un bon pied.

Mais cette première édition du potage des chefs constitue aussi une belle rencontre entre des femmes et des hommes qui ont rarement l’occasion de marcher d’un même pas.

Gageons que cette aventure ne restera pas sans lendemains.